News

Un signal pour plus de protection et une jurisprudence responsable

Le OUI d’aujourd’hui de la popu­la­tion suisse à l’extension de la norme pénale anti­ra­ciste est, du point de vue du PEV, un signal clair en faveur d’une pro­tec­tion accrue des mino­ri­tés face au déni­gre­ment et à l’incitation à la haine dans notre société.

Du point de vue du PEV Suisse, ce oui très clair des citoyens suisses à l’extension de la norme pénale anti­ra­ciste à l’orientation sexuelle est un signe indé­niable que le déni­gre­ment, la dis­cri­mi­na­tion et l’incitation à la haine envers les mino­ri­tés n’ont aucune place dans notre société. Le PEV Suisse s’engage depuis toujours en faveur de la pro­tec­tion des mino­ri­tés et des membres les plus faibles de notre société. La norme pénale anti­ra­ciste, qui fait ses preuves depuis plus de 20 ans, a, par le passé, déjà pro­tégé des groupes de popu­la­tion contre la dis­cri­mi­na­tion et l’incitation à la haine, sans pour autant avoir res­treint de manière dis­pro­por­tion­née les dis­cus­sions contra­dic­toires ou la liberté d’expression. Il est main­te­nant impor­tant de conti­nuer à offrir cette pro­tec­tion dans le cadre de la norme pénale éten­due, grâce à une juris­pru­dence res­pon­sable.

Pro­mo­tion des loge­ments d’utilité publique sans quota rigide

Selon le PEV Suisse, le non du peuple suisse à l'initiative « Plus de loge­ments abor­dables » est un « oui » au contre-projet indi­rect du Conseil fédé­ral visant à por­ter à 250 mil­lions de francs le crédit-cadre du Fonds de rou­le­ment. Le PEV Suisse s’était éga­le­ment exprimé en faveur de cette contre-proposition. Contrai­re­ment au quota de finan­ce­ment rigide prévu dans la Consti­tu­tion, le fonds per­met un sou­tien plus ciblé à la construc­tion de loge­ments d’utilité publique,  dont le besoin reste toujours impor­tant. En effet, pour divers groupes de popu­la­tion, il reste dif­fi­cile, au niveau régio­nal, de trou­ver un loge­ment appro­prié et finan­ciè­re­ment viable mal­gré tout l'assouplissement du mar­ché.

Pour tout ren­sei­gne­ment :

Marianne Streiff, Pré­si­dente du parti et Conseillère natio­nale : 079 664 74 57
François Bach­mann, Vice-président (Roman­die) : 079 668 69 46
Nik Gug­ger, Vice-président et Conseiller natio­nal : 079 385 35 35

Roman Rutz, Secré­taire géné­ral : 078 683 56 05
Dirk Mei­sel, Chargé de com­mu­ni­ca­tion : 079 193 12 70