News

Le PEV refuse les initiatives de limitation et du logement et donne liberté de vote pour l'extension de la norme antiraciste

Aujourd’hui, lors de la 1ère assem­blée extra­or­di­naire du PEV Suisse à Wein­fel­den, les délé­gués ont dit NON à l’initiative de limi­ta­tion de l’UDC et à l’initiative sur le loge­ment. Ils ont en outre décidé la liberté de vote au sujet de l’extension de la pro­tec­tion face à la dis­cri­mi­na­tion.

Par 102 voix contre 3 et 5 abs­ten­tions, les délé­gués se sont clai­re­ment pro­non­cés contre l’initiative dite « de limi­ta­tion » de l’UDC. Ils se sont ainsi posi­tion­nés clai­re­ment en faveur des bila­té­rales entre la Suisse et l’UE, que la popu­la­tion a déjà sou­te­nues à de nom­breuses reprises par les urnes.

Conséquences désas­treuses pour l‘économie

L’accord sur la libre cir­cu­la­tion per­met aux entre­prises suisses de recru­ter la main d’œuvre néces­saire là où elle se trouve. « Afin de garan­tir la qua­lité, l’innovation, la fia­bi­lité et la valeur ajou­tée typique de la Suisse, l’accès aux forces de tra­vail des mar­chés trans­fron­ta­liers doit être garanti », a sou­li­gné Marianne Streiff, pré­si­dente du PEV. Si l’initiative était adop­tée, la Suisse se pri­ve­rait de la pos­si­bi­lité de par­ti­ci­per au mar­ché euro­péen et de contri­buer à le façon­ner, ce qui aurait des conséquences graves pour l’économie, notam­ment en matière d’exportation, de sécu­rité de pla­ni­fi­ca­tion et d’accès au mar­ché.

La libre cir­cu­la­tion des per­sonnes n’est pas la source de tous les pro­blèmes

« Il est trop facile de consi­dé­rer que la rési­lia­tion de la libre cir­cu­la­tion des per­sonnes résou­drait tous les pro­blèmes », a déclaré Mme Streiff. Les conséquences néga­tives de la crois­sance éco­no­mique pour l’infra­structure de trans­port, le prix des ter­rains, l’environnement ou les deman­deurs d’emploi plus âgés doivent être atté­nuées au moyen de mesures ciblées dans chaque domaine. Ainsi, davan­tage d’efforts ont récem­ment été inves­tis pour per­mettre aux employés plus âgés de conti­nuer à tra­vailler au sein des entre­prises.

Liberté de vote pour l'extension de la norme anti­ra­ciste

Les délé­gués ont décidé la liberté de vote au sujet du réfé­ren­dum contre l’extension de la norme pénales anti­ra­ciste aux orien­ta­tions sexuelles.

Loge­ments d’utilité publique : oui, mais sans quota rigide

Par 80 voix contre 19 et 5 abs­ten­tions, les délé­gués du PEV ont dit non à l’initiative « Plus de loge­ments abor­dables ». Ils se sont ainsi clai­re­ment posi­tion­nés en faveur du contre-projet du Conseil fédé­ral et donc de l’augmentation du crédit-cadre du fonds de rou­le­ment à 250 mil­lions de francs. Ce contre-projet est néces­saire et urgent. En effet, il reste régio­na­le­ment dif­fi­cile pour cer­tains groupes de popu­la­tion de trou­ver un loge­ment adapté et finan­ciè­re­ment viable et cela mal­gré le relâ­che­ment du mar­ché. Le fonds est un ins­tru­ment éprouvé afin de pro­mou­voir les loge­ments d’utilité publique.

À l’unanimité, les délé­gués ont ensuite adopté le bud­get du PEV Suisse pour 2020.

Pour tout ren­sei­gne­ment :

Marianne Streiff, pré­si­dente de parti et conseillère natio­nale : 079 664 74 57
François Bach­mann, vice-président (Roman­die) : 079 668 69 46
Nik Gug­ger, vice-président et conseiller natio­nal : 079 385 35 35
Roman Rutz, secré­taire géné­ral : 078 683 56 05
Dirk Mei­sel, chargé de com­mu­ni­ca­tion : 079 193 12 70